27 octobre 2010

Vocalises

En club, en mixte, en pluralité.


Prise en levrette, je cambre les reins de plaisir, bandant les muscles de mes bras, pour soutenir ses assauts, mes mains enfoncées dans le matelas.
Il accélère, me tenant fermement par la taille.
De plus en plus fort, de plus en plus loin, plus mon ventre à chaud, plus mes épaules souffrent, plus mes cris se font entendre.
Je m'écroule sur mes seins, la tête dans mes bras, je serre une poignée de mes cheveux à m'en faire blanchir les doigts.
Des mains me caressent sûrement je pense, mais j'ai déjà oubliés nos partenaires de jeu autour de nous.

C'est en dégageant mon bras, pensant attraper un coussin à plaquer sur ma bouche pour étouffer mes cris devenus hurlements, que je tombe sur un sexe, me rappelant la présence de nos partenaires.



Un sexe c'est après tout aussi efficace qu'un coussin pour m'aider à vaincre ma pudeur vocale.

Et c'est tellement plus agréable de mourir de plaisir dans les bras d'un homme, plutôt que sur un coussin sacrifié....


Photo non contractuelle.

4 commentaires:

  1. Par contre, c'est moins dangereux pour le coussin s'il te vient une soudaine et irrépressible envie de mordre !

    RépondreSupprimer
  2. Je sais me tenir enfin !

    Je ne mords que les MDF.

    Ou si on me le demande gentiment ;)

    RépondreSupprimer
  3. Arf heu oui effectivement une faute d'orthographe change toute l'interprétation du texte, merci de me la faire remarquer.

    RépondreSupprimer