14 septembre 2010

Au sens propre

Une discussion intitulée " anecdotes libertines ", lancée par Libertango sur le forum Doctissimo, me fait penser que je ne vous ai pas raconté mon dernier fou rire libertin.

Sas, sonnette, ouverture de la porte, entrée dans la pénombre de l'accueil, le videur veut comme à notre habitude me faire la bise, mais j'esquive : " Je suis désolée je suis trempée ! "


Sourire malicieux " Quoi déjà ? C'est x qui va être content ! " ( mon accompagnateur qui arrivera quelques minutes plus tard )

" Non non ! Je suis vraiment trempée ! C'est le déluge dehors ! "


Le videur plisse les yeux dans la pénombre, et constate qu'effectivement j'ai bravé l'averse entre ma voiture garée 3 rues plus loin et le club.
Je n'ai plus qu'à filer à la salle de bain me sécher les cheveux,
heureusement mon trench spécial je-sors-de-la-maison-sans-montrer-à-maman-que-j'ai-mis-une-robe-pour-"aller-au-ciné-avec-une-copine" a épargné ladite robe.

Et je suis fin prête quand mon accompagnateur arrive !




( et trempée... dans l'autre sens du terme cette fois ^^ )


4 commentaires:

  1. Ah bah quelle réputation tu donnes aux Chandelles toi, ils laissent entrer des clients qui sortent de la douche sans se sécher, nan mais je vous jure... tss tsss ;-)

    RépondreSupprimer
  2. Des clients qui sortent de la douche sans se sécher... et qui à peine arriver foncent squatter la salle de bain sans même dire bonjour aux personnes déjà présentes ! La loose totale ! ^^

    RépondreSupprimer
  3. Ben c'est pas très chandelissime tout ça :)

    RépondreSupprimer
  4. Nan c'est clair...
    Heureusement qu'il y a la salle de bain et les serviettes pour rattraper le coup ( le coup... dans quel sens ? ^^ ).

    RépondreSupprimer