25 mai 2010

Une soirée Chandellissime

Depuis un bon mois, un couple d'amis et moi attendions cette soirée avec une impatience presque indécente. Les fameuses Chandelles... ce club si énigmatique et mystérieux. Nous avions enfin pris la décision d'y aller.
Choix porté sur un lundi soir, pour la mixité, nos trios HFF nous satisfaisant pleinement, mais ayant envie d'innover.

Mes amis se chargent de réserver la soirée la semaine précédente, l'accueil téléphonique est glacial quand ils répondent n'être jamais venus, mais devient mielleux quand ils réservent non pas pour 2, mais pour 3 personnes. On leur précise quand même que la réservation d'une table au restaurant n'assure pas l'entrée au club ensuite.

Pendant la semaine, l'intérêt pour cette soirée monte aussi vite que l'angoisse, les questions existentielles sont réglées, choix de la tenue, itinéraire, heure de départ ( et choix du plan B...). En croisant un couple d'amis au Moon City quelques jours avant, et sachant qu'ils affectionnent particulièrement les Chandelles, je leur propose de nous y rejoindre, s'ils peuvent se libérer de leurs obligations familiales en si peu de temps. Quelle chance, V. et O. nous retrouveront dans les coins câlins !



,


Lundi 18h, sac bouclé, je pars retrouver mes amis chez eux, pour nous apprêter à sortir, et nous rendre au club ensemble. J'enfile ma robe de crêpe et de soie, mes bas couture, et mes talons Richelieu. Je suis assortie à Mlle, elle aussi en crêpe, ce détail nous fait sourire. Coiffée, maquillée, parfumée, je tente vainement de camoufler à la terra cota la cicatrice laissée sur mon avant-bras 3 jours plus tôt par un bracelet-clé du Moon City ( toujours rentrer sa clé sans sa pochette de bracelet au Moon City...), mais tant pis ! Ce sont les risques du libertinage.
20h nous sommes installés dans la voiture, Mister en chauffeur nous conduit aux Chandelles.
20h30 nous sommes garés à l'angle de la rue Thérèse ( oui on a monnayé en nature auprès de Mr St-Chance ce coup tout simplement prodigieux, la soirée commence bien ! ).
Nous allons prendre un apéritif en terrasse d'un café, face à l'opéra, profitant du soleil de cette fin de journée.
21h31 nous entrons dans le sas du club, et sonnons, sous l'oeil de la caméra de surveillance.






Nous patientons sans trop savoir quelle attitude adopter. Engager la conversation ? Commencer à enlever nos manteaux ? Re-sonner ? Ou peut être tout simplement faire demi-tour si nous ne sommes pas les bienvenus ? Le temps de la réflexions un couple et un homme entrent eux aussi dans le sas, nous patientons donc tous ensemble, une petite dizaine de minute.
La porte s'ouvre enfin ! Le videur souriant nous demande qui est avec qui, et nos prénoms pour les réservations du restaurant. Mlle, Mister et moi sommes les premiers à entrer. Nous donnons nos manteaux. Le videur, voyant les 3 autres personnes attendant, nous dit " Prenez l'escalier et installez-vous au restaurant, je m'occupe de ces messieurs dames, et je viens vous apporter votre carton de consommation pour le club " ?
Le club ? LE CLUB ??? Impossible de retenir nos sourires béats : nous allons au club. Il est 21h41, et nous savons que nous allons au club. ( oui je sais des gamins devant une machine qui fait des barbes à papa rose fluo toute seule, et 3 fois plus grosses que notre tête...).
Bien évidement l'euphorie, mêlée à l'appréhension de l'attente, et la joie de la découverte de la déco des Chandelles, nous fait prendre le mauvais escalier, et nous retrouver dans les coins câlins. Sous l'oeil rieur d'un serveur " c'est de l'autre côté le restaurant messieurs dames ! ", nous remontons l'escalier, et reprenons le bon cette fois.






Nous sommes conduis à une table ronde, où nous nous installons, dévorant le décor des yeux. Je remarquerai particulièrement les corsets au dos des chaises, et les guirlandes de diamants sur les tables.
On nous présente le menu, buffet d'entrées, fromages et desserts, 2 plats chauds au choix.
Pour moi ce sera figues au foie gras, makis à l'avocat et au saumon, fricassée de champignons, tartare de saumon, jambon de parme aux aubergines et mozarella, puis raviolles de foie gras en sauce de truffes et de paprika ( Mlle et Mister prendront le risotto de gambas), tartare de fruits frais et tarte au chocolat.
Tout est délicieux, fin, raffiné, avec une présentation recherchée, et un service impeccable.
23h nous descendons ( muni de notre carton de conso, apporté à table par le videur ) l'escalier emprunté par erreur, et redécouvrons l'entrée du club.







Installés au lounge, loin des oreilles des serveurs, nos commentaires fusent ! Quel enthousiasme !
Je ne peux m'empêcher, tout en parlant, de poser une main sur Mister... Le temps passe, il est alors décidé que les mains posées, et appuyées, même si elles ne choqueraient personnes ici, seraient plus appropriées ( et plus confortables ) dans les coins câlins. Nous partons donc en exploration, croisant les quelques premiers convives de la soirées, certains déjà bien à l'oeuvre. En passant devant le coin rond, entouré de miroir, mon coup de foudre est immédiat, nous y entrons, laissant nos chaussures dans l'embrasure de l'entrée, pour ne pas marcher sur le lit ( au sol ) avec des talons.
Nous commençons donc un trio, comme nous commençons à savoir si bien le faire. Je vois grâce aux miroirs quelques personnes parfois passer devant nous et s'arrêter un instant, les hommes souriants, les couples se cajolant, dans un esprit libertin exemplaire : aucun ne forcera l'entrée avant d'y être invité. Mais pour le moment nous préférons rester à 3 ( oui ça fait 48h que nous nous sommes séparés après le Roi René...), et prévoyons d'aborder d'autres partenaires plus tard dans la soirée.
" Tiens salut Camille ! " Ce sont V. et O. ! Ils ont pu venir ! Youpi !
Mettant en pause notre câlin, je fais les présentations avec Mlle et Mister, puis nous reprenons où nous en étions ( V. et O. étant venus avec des amis, et finissant de leur faire la visite guidée du club ).
Peu de temps après ils reviennent vers nous, je propose alors de leur faire une petit place. Au sens littéral, le coin câlin rond est parfait pour 3 personnes, mais un peu juste pour 5, surtout quand il faut enjamber des paires de chaussures sur le pas de la porte " comme à la mosquée " a fait remarquer O. sous nos rires.
HHFbiFbiFnonbi, configuration intéressante, jeu extatique !
La recette du succès ne tient à rien de plus qu'à une bonne entente de chacun des partenaires de jeu et un respect mutuel, j'ai vraiment des amis extraordinaire. ^^
Nous sortons de ce jeu de miroir peu avant 2h du matin.




Comblés ! Rafraîchis au bar, mais déjà triste : il est l'heure, certains se lèvent tôt demain, il faut rester raisonnable ( mot totalement incompatible aux clubs libertins ...) et se diriger lentement, très lentement vers la sortie. Quel dommage de se quitter, et de ne pas avoir le temps d'aller rencontrer les autres convives ( surtout en cette soirée mixte ).
Nous nous consolons au buffet de bonbons et fruits frais.
Et retournons au vestiaire.




Nous rendons notre carton de consommation, réglons la soirée ( 92€ pour nous 3, vous êtes sûr ? oui oui c'est bien cela ), récupérons nos manteaux, et lançons un " à très bientôt " ( optimiste ? ) au videur, qui y répond chaleureusement !
Une fois rue Thérèse, nous avançons lentement ( en talons aiguille de 8cm sur les pavés ) vers la voiture, et rentrons chez Mlle et Mister, sans Vouloir retirer de nos lèvres le goût de nos partenaires, et sans Pouvoir en retirer ces sourires...
Un dernier verre chez eux, et il me faut renfiler mon jean ( je suis " à regarder tous les Léonardo chez une copine " difficile de justifier la robe de soirée si mes parents me croisent... ).



Quelle soirée... Chandellissime !

14 commentaires:

  1. Très beau récit de la soirée, que pourrais je ajouter, tout y est. Soirée parfaite, libertine à souhait, la magie des Chandelles a parfaitement opéré, ce club est totalement envoutant, je manque de superlatifs pour le qualifier.

    RépondreSupprimer
  2. Ceux qui connaissent les chandelles risquent de ne plus jamais ailleurs... N'est-ce pas MissDactari ? ;)

    Merci pour ton récit qui nous a permis de le "connaître" un jour de semaine.

    Bises à toi.

    S&E

    RépondreSupprimer
  3. Un récit au combien excitant.
    Il est toujours aussi plaisant de lire vos récits (a Mlle Rose, M. Noir et Toi) qui affichent votre complicité.

    Jaloux? un peu.
    Nous cherchons tous nos complices idéaux.

    un bémol pourtant. une fausse note que l'on retrouve dans la plupart des récits concernant les chandelles qu'on trouve sur le net.
    l'accueil (le premier) souvent très froid et leur propension à faire attendre déraisonnablement les clients.

    Qu'un établissement soit exigeant, voire très exigeant sur ses clients, cela me convient parfaitement.
    Mais les faire attendre dans le sas aussi longtemps me semble déplacé

    Le respect n'est il pas le maitre mot des libertins?

    Laume

    RépondreSupprimer
  4. J'ai de la chance, j'en ai trouvé plusieurs des complices idéaux, toujours par un heureux hasard. La clé du succès serait peut être de ne pas les chercher mais de les laisser venir ?

    Pour l'accueil nous étions prévenus, mais l'attente n'en a pas été moins angoissante. Elle fait parti du folklore des Chandelles !
    J'étais un peu rassurée quand d'autres personnes sont arrivées dans le sas, et ont patienté avec le sourire, disant qu'il est courant que l'ouverture de 21h30 ait un peu de retard, sans que ça veuille dire quoi que ce soit à propos des clients qui attendent. Ouf !

    RépondreSupprimer
  5. Nous aurions été seuls (sans Missdactari ni les autres clients) l'attente aurait été très angoissante, peut être décourageante. Mais les habitués étant imperturbables, nous sommes restés impassibles. Petite épreuve mentale pour mieux savourer le précieux sésame d'entrée. Les Chandelles auraient le même goût sans tout ce protocole? Nous en doutons.

    RépondreSupprimer
  6. Laurence et Philippe26 mai 2010 à 22:41

    Tres agréable récit..

    mais au delà des lieux qui semblent faire l'unanimité des convives, je rejoins Palaume pour le bémol et j'ai du mal à comprendre ce manque de respect de la clientèle à la fois pour l'attente exagèrée dans le sas, mais aussi lors de l'appel d'un homme concernant la réservation, et où le ton de l'interlocuteur des Chandelles change lors des détails sur ce trio "hhf", preuve de peu de respect vis à vis de la clientèle masculine..
    "si vous voulez être respecté, commencez par être respectable"...citation bien connue qui pourrait s'appliquer aux tenanciers qui font "la pluie et le beau temps" en fonction de leurs humeurs du moment !
    Quel dommage

    RépondreSupprimer
  7. Merci pour ce morceau de délice. On s'y croit presque !

    Encoreeeeeeeeeee

    RépondreSupprimer
  8. Maintenant nous jouerons leur jeu :
    " z'êtes déjà venus ? "
    " oui bien sûr ! avec mes deux charmantes amies pour une soirée exquise à souhaite ! " ^^

    RépondreSupprimer
  9. Bonjour Miss, beaucoup d'enthousiasme dans ce récit qui fait plaisir a lire. On espère rendre visite un jour à ce club. En tout cas cela donne envie...

    RépondreSupprimer
  10. Aaah, que dire que je ne t'ai pas encore dis ? Un beau récit qui donne envie de faire pareil :-). Ça fait plaisir de lire une autre vision de ce club, et cela fait rêver de voir avec quel bonheur vous en êtes revenus !

    Bises,

    Mely

    RépondreSupprimer
  11. Je voulais faire partager mon enthousiasme, c'est réussit ! Merci à vous 2 !

    RépondreSupprimer
  12. Salut amie d’Outre-Atlantique et un beau bonjour du Québec; merci du partage. C’est tout à fait par hasard, au gré de mes explorations des blogs, que j’ai atterri ici.

    Intéressant ta façon de dire les choses, dis donc. Bravo! J'ai bcp aimé ce texte (Moi, je suis plutôt philosophique).

    NOTE. Mon blog parle de la connaissance de soi. Si le coeur t'en dit, tu es bienvenue.

    RépondreSupprimer