8 novembre 2009

* Club * Accanthus

-> Attention : club fermé depuis août 2009 <-

Y aller, se garer :

Dans le fin fond du 77, à 45min-1h de Paris. On se gare dans le jardin du club ( il est dans une immense villa ).

Accueil :
Sympa, on retient surtout le maître d’hôtel Pat qui veille toute la soirée, discret et efficace ( et préso dans la poche, pour dépanner ).

Déco :
Sobre, rouge et noir pour les coins câlins, noir pour la piste. On retient le lustre en verre soufflé du restaurant ( au moins 3-4m d’envergure ), et les galettes de chaise du resto : dessins représentant ce que voit la chaise quand on s’assied nu dessus, étonnant, mais très original.

Piste de danse :
Taille adaptée, plusieurs spots de couleur, machine à faire de la fumée. 2 DJ résidents, un plutôt branché « boumboum » ( le genre de musique qu’on ne sait pas trop comment danser dessus ), l’autre très bien, qui sait animer sa piste de danse.

Coins câlins :
Une série en bas, le reste en haut avec la piste de danse, 2 ambiances de musiques donc ( calme en bas).
1 coins fumeurs à l’extérieur, sous tente chauffée.

Douche :
Salle de bain en bas, nombreuses serviettes à disposition, étagères pour poser ses affaires le temps de la douche, soufflerie d’air chaud au plafond.

Bar :
3 consos alcoolisée offertes, les consos soft gratuites

Restaurant :
Buffet d’entrées et de desserts, 3 plats au choix. Très bon, mais quantités peu généreuses ( je suis gourmande ! ).


Clientèle :
25-45 ans. Parfois plus clubbers que libertins, parfois personne sur la piste ( tous trop occupés ensemble dans les coins câlins).

Ambiance :
Conviviale au restaurant, festive sur la piste, chaude dans les coins câlins.

Points positifs :
Place dans les coins câlins, resto très sympa, Pat très pro, consos soft gratuites.

Points négatifs :
On se gare dans les graviers, voir dans l’herbe, pas pratique pour les talons.
Pas de distributeur de préso dans les coins câlins ( et pas de poche à mes robes…).
Carton nominatif pour y inscrire les consos au bar, qu’il faut garder sur soi ( re – et pas de poche à mes robes…).

Y retourner ?
J’y suis retournée 3 ou 4 fois, mais le club est maintenant fermé. On avait senti un déclin du resto, on avait retrouvé espoir quand ils l’ont supprimé et refait des travaux dans le club ( ouverture d’un théâtre érotique, nouveaux vestiaires avec casiers personnels ), mais ça n’aura pas suffit à garder ce club ouvert.

5 commentaires:

  1. Moui, c'est ce que j'ai lu aussi, plutôt clubber et finalement pas si top que ça. On testera sûrement son cousin en Belgique dans les mois à venir..

    RépondreSupprimer
  2. Je n'y étais allée que accompagnée de minimum 2-3 personnes, donc le côté clubber ne nous a pas empêché de nous amuser entre nous, mais je pense que si j'y étais allée en couple, là oui j'aurai été déçue.

    RépondreSupprimer
  3. C'est fermé d'accord mais quand même pas en province !! c'est le 77

    Nous on place le 288, le Shaker, la Messaline dans une Banlieue élargie

    c'est marrant l'écart de point de vue

    Marilo

    RépondreSupprimer
  4. Je raisonne niveau transports en communs et taxi pour y aller depuis Paris en fait pour classer mes clubs, j'ai fait ce système après des messages de parisiens... à pied ;)

    RépondreSupprimer
  5. Commentaire modéré : je ne souhaite pas avoir de rumeurs sur mon blog.

    Je recopie donc juste la partie objective :

    " Et puis, il ne faut pas perdre de vue que ce coin est assez "mort", donc libertin ou non, pour beaucoup d'habitant de Dammarie, ca reste un club avant tout... Donc une occasion de s'amuser, peu importe le reste... "

    Effectivement pas mal de club dans des zones pauvres en animations drainent une population qui s'y rend, car c'est le seul endroit ouvert pour boire un verre, quand on ne veut pas faire trop de route pour aller à la grande ville la plus proche.

    RépondreSupprimer